1963

Picture-75.jpg
Marie et moi sommes à la CHAPELLE S/LOIRE. 
J'ai quatre ans ou je vais bientôt les avoir car là, sur la photo, je suppose que nous étions en été... et ma petite soeur qui est au guidon en a TROIS !
Deux petites rigolotes, deux garçons manqués peut-être aussi ? De toutes façons nous avions eu droit à une sacrée coupe de cheveux ! On avait peut-être eu des poux ? Et quoi qu'il en était, avec une maman coiffeuse et habitant chez son patron... nous étions bien placées pour avoir une coupe toute fraîche !
A l'époque, on s'en foutait de nos cheveux... enfin je n'ai pas gardé de souvenirs par rapport à eux. Mes soucis de l'époque était de bien m'amuser... au tricycle que nous devions nous partager, à l'escalade de planches déposées dans un coin du jardin... et pieds nus de surcroît pour finir avec le pied planté sur une pointe de clou rouillé dépassant une des vieilles planches.... Hurlements, une jeune maman affolée et coléreuse qui m'a "vite fait, bien fait" soigné avec une gifle sur la cuisse et le pied mis dans une bassine d'eau javellisée ! Notre autre soucis était de découvrir la télévision en noir et blanc et d'attendre chaque fin d'après-midi le passage de "BONNE NUIT LES PETITS" avec Nounours, Pimprenelle et Nicolas... sans oublier le mystérieux Marchand de sable ! Nous nous battions l'unique fauteuil de la salle à manger, sur lequel nous devions nous percher pour voir l'écran au-dessus de la table à manger... et j'ai fini par cogner sérieusement ma p'tit soeur à la tête contre un accoudoir en bois massif sculpté ! Et PAN ! J'ai dû m'en prendre encore UNE !
Punie et montée directement dans la chambre noire (les volets étaient déjà fermés) où le LOUP allait sûrement venir me voir tellement je suis méchante !!
Le souvenir aussi de regarder ma mère coiffer les clientes, avoir encore et toujours les différents parfums des produits utilisés par le métier, dans les narines et les souvenirs... Ma mère qui riait, qui parlait parfois de moi puisque les clientes me voyait bader... et moi, pas peu fière (déjà) d'être un peu comme une petite vedette !
Oui, j'ai gardé de bons souvenirs du bord de la Loire, j'ai aussi gardé son odeur de fleuve tranquille sur les berges... et, il n'y a pas si longtemps alors que je me trouvais à Nantes à traverser ce fleuve, j'ai aussitôt reconnu ses effluves...
Comme je le disais sur une autre page, nous sommes restées chez Mr Capdevielle que très peu, juste le temps de l'apprécier et d'avoir pour lui une grande reconnaissance. Ce devait être deux ou trois années... pas plus.
Nous sommes retournées à ROUEN chez nos grands-parents, rue F.Lamy... et alors que nous ne nous en doutions pas, notre mère cherchait à se remarier et avec l'aide de notre chère grand-mère elle passa une petite annonce dans le célébre "CHASSEURS FRANCAIS"...
Notre vie allait avoir un nouveau virage...