Toutes mes excuses...

Publié le par Saskia

la-vague-bleue.jpgImpossible de prendre du temps pour venir écrire un peu. Il y a des fois où on ne voit plus le jour !
Entre les rendez-vous pour le suivi médical de C., mes rendez-vous perso que ce soit pour ma recherche de travail, ou chez le doc. sans parler du petit quotidien qui, sans relache me tient ! JE N'AI PAS EU LE TEMPS.

Puis, mes filles me prennent l'ordi dés qu'elles arrivent, plus question qu'il soit à moi... on doit se partager le "joujou". A la maison, la vie à repris ses bonnes vieilles habitudes entre les uns et les autres. Les enfants vont et  viennent, se disputent puis se câlinent, ne nous entendent pas lorsque l'on a besoin d'eux, mais vont entendre ce qui ne faut pas, aux heures tardives...Figurez-vous que ça y est, ce qui devait arriver est arrivé !
Depuis toujours j'ai eu peur que mes enfants nous entendent lors de nos câlins. De cette crainte, pas besoin de vous préciser notre discrétion. Et à première impression ça marchait bien ou alors mes deux grandes ont su être des plus délicates avec moi et Jq !?... Mais voilà qu'il y a trois soirs en arrière, nous nous vîmes bien bêtes en entendant C. nous crier de sa chambre : "Maman, c'est quoi ces bruits ?" Mince alors... cela nous a "paralysé". Je lui ai répondu que ce n'était rien, tout en pensant que j'étais bien idiote de répondre cela... Elle insista en demandant si c'était la TV, et à moi de lui répondre trop rapidement que "Oui, c'était ça"!
Bref, quelques petites minutes passent, le calme paraît être revenu...On se reblotti bien l'un contre l'autre malgré que l'humeur de Jq. était des plus énervées... Quand soudain, on entend C. nous parler des escaliers menant à notre chambre, en pleurant qu'elle avait peur, qu'elle nous entendait, que peut-être on était entrain de faire des bébés, que "on faisait l'amour" et que ça lui faisait peur... Jq. qui avait plongé sous la couette se retint pour ne pas "jeter" sa fille, et moi qui ne voulait pas sortir de mon lit, lui demandait de se calmer et d'aller se recoucher. Elle ne voulait même pas s'approcher de nous, lorsque je lui demandais de venir me voir pour la rassurer... Elle fini par redescendre dans sa chambre et se remettre au lit tout en voulant nous faire promettre que l'on ne recommencerait pas.
Jq. dont la colère ne demandait qu'à exploser, se mit à lui dire sèchement de bien vouloir nous foutre la paix et de dormir.
Le câlin fut très agréable mais bref !
Le lendemain alors que notre fille faisait mine que rien ne c'était passé dans la nuit, je décidais de me l'entreprendre sur le sujet. Nous nous retrouvâmes dans la salle de bain toutes les trois : J. , C. et moi. Sa soeur était déjà au courant de la petite histoire nocturne et cela l'a faisait bien rire entre le fait d'avoir été surpris et de voir la réaction de bébé de C. Donc, alors qu'une se maquillait, et que l'autre se brossait les dents je me mis à reparler de l'incident. C. fronçat des sourcils et me foudroyat du regard avant de se rincer la bouche pour pouvoir me dire qu'elle ne voulait pas en parler. Je refusais qu'elle ne veule pas en parler étant donné que c'était normal d'en débattre pour que tout soit mis à plat. Elle me tourna le dos pour finir de ranger sa brosse à dents et s'essuyer la bouche. Je me mis à sa hauteur et lui posais cette question : "Ne trouves-tu pas normal que tes parents puissent faire l'amour ?" Elle haussa les épaules en disant  "ché pas". Et je continue en lui disant que je trouve  normal que les parents puissent toujours s'aimer, que c'était rassurant pour tout le monde et même peut-être en plus pour les enfants. Elle me dit "Mais vous pouvez vous aimer sans faire l'amour !" A moi, de m'écrier que ça ce ne serait vraiment pas drôle, surtout que l'on pensait être encore assez jeunes pour faire des câlins et que la retraite allait arriver de toutes façons ! Mais, mon humour ne la fit pas sourire, seule sa grande soeur trouvait cela très drôle. Alors, je pris ma petit sur les genoux et lui expliqua qu'il n'y avait rien de plus normal que cela. Que l'Amour faisait partie de la vie de tous et de tous les jours. Qu'il n'y avait rien de plus  beau que l'Amour entre un homme et une femme. Elle me disait sa peur, qu'elle ne voulait pas avoir ses règles, que c'était un peu sale. Qu'elle ne voulait pas grandir pour ça... Le débat dura bien plus longtemps que je l'avais pensé mais je pris tout mon temps. Il n'y avait que moi pour pouvoir le faire, je savais que Jq. n'y serait pas arrivé. Et puis, notre fille ne serait peut-être jamais venue d'elle-même pour dé-dramatiser l'acte amoureux entre ses parents. Je lui ai même énuméré tout le monde qu'elle fréquentait sans même se douter une seconde qu'il n'existait pas une personne adulte qui ne faisait pas l'amour...Puis après lui dire qu'à partir du moment où les deux personnes ressentaient de l'amour pour l'une et l'autre, à partir du moment où elles avaient le même désir de se toucher et de se câliner qu'il n'y avait pas de choses dites "sales" entre elles. Et que c'était là la beauté de l'Amour. 
Elle se rassura et me demanda pardon d'être venue nous déranger et d'avoir eu peur. Je pense qu'elle avait autant peur de ce que l'on pouvait faire, mais aussi de se faire disputer d'être là à nous entendre.
Puis, elle finit par me demander si on le faisait souvent... j'ai ri en lui disant que peut-être cela ne l'a regardait pas, que c'était secret entre son père et moi, que c'était notre vie intime et qu'elle devait accepter de ne pas être au courant de ce genre de détail. Elle était étonnée mais ne protesta pas. 
Le débat reste ouvert. Elle grandit et se pose un tas de questions. Puis, vu son tempèrament angoissé il me faut l'aider à trouver réponses aux questions qu'elle se pose. Il faut aussi qu'elle accepte que cela existe et qu'elle aussi connaitra cela, un jour...la-vague-bleue.jpg

Publié dans NEWS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Très beau ce texte !<br /> <br /> Cordialement
Répondre